Accueil - Jeudi 29 juin 2017
 
Formation
Systèmes d'impression
Internet - Réseau
Audit - ERP - GRC
Matériels
Logiciels








Pour nous contacter :
Tél : 01 40 16 10 77
Fax : 01 49 95 00 23


Formulaire de contact
Cyber-sécurité : où en est-on vraiment dans les grandes entreprises ?
Le 11-Feb-2016

I-Tracing, entreprise française de conseil et d’ingénierie en sécurité des systèmes d’information et sécurité Internet, partenaire et sponsor du CESIN (un club d'experts en cyber-sécurité), a voulu dresser un état des lieux de la cyber-sécurité au sein des grandes entreprises. Et pour cela, elle a réalisé un sondage auprès des membres du Club. Voici ce qu'il en ressort.

« Ce qui change par rapport aux baromètres publiés par les éditeurs et autres grands cabinets de consulting, c’est la qualité et la fiabilité des sondés, indique Théodore-Michel Vrangos, le président d'i-Tracing. Ce sondage fournit une vision synthétique et franche des problèmes réels de cyber-sécurité vécus par les grandes entreprises. C’est un excellent baromètre, un pur jus condensé de vécus et d’attentes, qui donne une appréciation des risques, des faits et des préoccupations, par ceux qui sont en charge de la cyber-sécurité au quotidien dans leurs organisations, banques, industries, administrations, etc. ».

Ce 1er baromètre du CESIN révèle que :

  • 81% des sondés disent avoir subi au mois 1 attaque au cours de 12 derniers mois.
  • sur 12 mois, le nombre moyen d'attaques est de 13 avec en tête le vol d’informations, les attaques virales généralisées, les attaques par malware ciblées et les demandes de rançon (ransomware).
  • pour la quasi-totalité des répondants, le stockage des données dans les clouds, notamment publics, hors du droit français et les interrogations sur la confidentialité font partie des sujets les plus sensibles
  • ce qui n'empêche pourtant pas 85% des répondants de stocker des données dans le cloud et 37% de faire appel aux clouds publics.

Le baromètre montre également que l’explosion des données et des applications ouvertes (e-commerce, SaaS, mobilité, réseaux sociaux, etc.) poussent les utilisateurs métier à court-circuiter les DSI et les RSSI, jugés trop rigides, pour contractualiser directement des services digitaux, parfois sans avoir le choix (cf. les apps mobiles) et souvent sans prendre en compte les contraintes de sécurité, de confidentialité, de conformité légale, etc.

Quant aux outils actuellement disponibles sur le marché pour assurer cette sécurité, les sondés du CESIN considèrent qu'ils sont peu adaptés à la situation.
 

Les derniers articles mis en ligne